Loi Pinel et plafonds à ne pas dépasser

Investir loi Pinel

La loi Pinel poursuit plusieurs objectifs. En octroyant une réduction d’impôt significative à tout contribuable qui investit dans l’immobilier, elle permet au plus grand nombre de devenir propriétaire et donc, de se constituer un patrimoine. Le dispositif est applicable pour l’essentiel aux biens neufs, lesquels doivent impérativement être loués sur une période de 6, 9 ou 12 ans. Ainsi, la loi Pinel incite à construire de nouveaux logements sur le territoire français et selon des règles durables de consommation énergétique. Cela participe donc au renouvellement du parc immobilier français, par endroit vieillissant. Mais la loi Pinel recouvre encore un volet social, notamment à travers des plafonds de loyers et de ressources du locataire.

Plafonds et zones Pinel

Les plafonds Pinel sont dépendants des zones du territoire déclarées comme éligibles au dispositif. En effet, vous ne pourrez pas acheter n’importe où. Seules les villes où l’offre ne satisfait pas la demande sont concernées. Ce sont aussi des métropoles qui se distinguent par leurs loyers élevés et leur prix du mètre carré onéreux. Il est donc très difficile pour les foyers modestes de se loger dans ces bassins économiques dynamiques extrêmement attractifs. Pour contrer cette crise du logement, la loi Pinel a édicté des plafonds, qu’il s’agit de respecter pour conserver son avantage Pinel.

Loyers et ressources du locataire limités

En fonction de la zone, vous ne pourrez pas dépasser un certain montant de loyer et de ressources annuelles de vos locataires. Cela permet de ne pas mettre sur le marché des logements aux loyers inaccessibles, comme cela est fortement le cas sur Paris ou de grandes villes comme Nice, Lyon, Strasbourg, Rennes… Et pour que tout le monde puisse louer ces logements de qualité, les ressources des locataires ne peuvent pas dépasser un certain seuil. Ces plafonds sont réévalués chaque année. Pensez à les consulter.